Le Chianti durant la 2ème guerre mondiale

August 25, 2014  |  Histoires

Vue sur l'église de San Leolino depuis les jardins de Villa le Barone à Panzano in Chianti

La communauté de San Leolino à Panzano in Chianti, près de Villa le Barone, vient de publier un opuscule qui contient divers témoignages sur la fin de la seconde guerre mondiale dans le Chianti, témoignages figurant dans les archives épiscopales de Fiesole.

Maurizio Carnasciali, auteur de nombreux livres sur l’histoire du Chianti, écrit  dans cet opuscule : « Après le 8 septembre 1943, date de l’armistice avec les Anglo-américains, il s emblait que la guerre serait réellement terminée pour l’Italie. Ce ne fut pas le cas …. A partir du débarquement allié en Sicile le 10 Juillet 1943, durant les 9 mois suivant l’armistice, le front s’est déplacé pour arriver en Toscane dans les premiers jours de Juillet 1944. Rome fut libérée le 4 Juin, Sienne le 14 Juillet, et Florence sera libérée le 1 Juillet. Entre le début du mois de Juin et celui du mois d’Aout la guerre a  également lieu dans les monts du Chianti, qui représentaient pour les soldats allemands un point stratégique pour retarder l’avancée des troupes alliées.

Les archives ecclésiastiques, et en particulier les archives épiscopales de Fiesole  ont conservé de nombreux documents concernant ces évènements dans le Chianti, entre Juin et Juillet 1944. Selon ces archives, on a dénombré,  dans 19 paroisses sur les 52 que comptait le Chianti, 34 morts, 137 déportés, 19 édifices détruits et 412 fortement endommagés. De plus, le bétail fut réquisitionné, et de nombreuses cultures furent totalement détruites à cause du passage des troupes.

Le porche de l'église de San Leolino à Panzano in Chianti près de Villa le Barone

Parmi les documents conservés à l’évêché de Fiesole figurent une série de lettres envoyées par les prêtres de ce diocèse à Monseigneur Giovanni Giorgis, de suite après le passage du front.  L’opuscule publié par la communauté de San Leolino reproduit les textes soumis par 4 paroisses, y compris celle  envoyée par le prêtre de San Leolino, une église magnifique que l’on peut admirer depuis les jardins de Villa le Barone.


Comments are closed.