Des céramistes de la Renaissance : les Della Robbia

June 25, 2015  |  Art et Culture
Un céramique inspire par le Della Robbia à Villa le Barone

Un céramique inspire par le Della Robbia à Villa le Barone

Les Della Robbia, sculpteurs et céramistes, furent parmi les principaux acteurs de la Renaissance Italienne, cette période de grands changements culturels qui rayonna depuis Florence.

Luca Della Robbia nait avec le 15ème siècle. Son père est teinturier, inscrit à la confrérie « Della Lana ». Le nom de la famille vient d’ailleurs de « Rubia », qui signifie « rouge garance » et commence avec la sculpture de « la Cantoria » (Les Anges Chanteurs), que l’on peut admirer au musée du Dôme à Florence. Mais très vite Luca Della Robbia commence à utiliser la terre cuite, plus facile à travailler que le marbre, et développe un vernis pour protéger ses œuvres du vent et de la pluie. Sans enfant, il adopte ceux de son frère et travaille avec Andrea. Ils développent leur atelier, avec une sorte de standardisation : les « Madones à l’enfant »   en sont un exemple : les Vierges sont blanches sur un fond bleu, avec des encadrements faits de fleurs et de fruits de couleur. Ils ont un catalogue, et vendent dans toute l’Europe, mais c’est bien sûr dans toute la Toscane et surtout à Florence et que leurs œuvres peuvent être admirées : vous en trouvez au Dôme, à l’église San Miniato ou Santa Croce, sur la place Santa Maria Novella, sur la façade de l’hôpital des Innocents, mais aussi dans des tabernacles, au détour d’une rue.

Tabernacle par Giovanni Della Robbia dans l'église de San Leolino à Panzano in Chianti

Tabernacle par Giovanni Della Robbia dans l’église de San Leolino à Panzano in Chianti

Mais à la mort d’Andrea, l’atelier est divisée entre ses deux fils Luca le jeune et Giovanni. Les œuvres de Giovanni sont reconnaissables à leur exubérance décorative et à leur couleur. Deux œuvres de Giovanni Della Robbia se trouvent dans l’église San Leolino à Panzano in Chianti, à deux pas de Villa le Barone, une Villa Della Robbia . Giovanni meurt en 1529. La dynastie des Della Robbia va ensuite s’éteindre, frappée par la peste … et par la concurrence : Benedetto Buglioni, qui a probablement travaillé dans l’atelier des Della Robbia s’est emparé du secret des techniques d’émaillage (selon des moyens plus ou moins licites nous dit Vasari).
L’art de la céramique est toujours très vivant en Toscane, en particulier à Montelupo Fiorentino, et c’est certainement un riche héritage qu’ont laissé les Della Robbia.


Comments are closed.